Le Monde – 1 juillet 2011

Rejouer sa vie sur les planches - Le théâtre-forum propose une technique interactive pour résoudre les crises et délier les langues

Rejouer sa vie sur les planches

Le théâtre-forum propose une technique interactive pour résoudre les crises et délier les langues

Une dispute, un conflit social, une mauvaise chute ? Il est des jours où l’on aimerait revenir en arrière, ne pas avoir vécu ces moments pénibles et tout reprendre de zéro, un peu comme lorsqu’on appuie concomitamment sur les touches  » contrôle  » et  » Z  » du clavier d’ordinateur. Dans la réalité, c’est impossible. Pourtant, une technique, le  » théâtre-forum « , permet d’imaginer ce que serait la vie si on pouvait en rejouer certaines scènes.

Une séance de théâtre-forum, ainsi appelé car il se nourrit de l’intervention du public, débute comme une représentation classique. Des acteurs professionnels jouent une scène de la vie quotidienne dans une entreprise, une famille ou une école. L’échange se termine mal et le public ressent un certain malaise. Puis les comédiens rejouent la saynète, mais chaque spectateur peut l’interrompre à loisir et en modifier le cours. Il lui suffit alors de monter sur scène et de prendre la place d’un acteur ou d’inventer un nouveau personnage.  » La discipline consiste à essayer en scène des actions ou des discours que l’on trouve difficiles à exprimer dans la vie « , résume le metteur en scène Rui Frati, directeur du Théâtre de l’Opprimé, à Paris, qui propose de nombreuses représentations chaque année.

A Vert-Saint-Denis, commune pavillonnaire de Seine-et-Marne, se déroule une représentation sur le thème de la chute des personnes âgées.  » Ce public s’agace de recevoir sans arrêt des conseils avisés sur la manière dont il faudrait se comporter ; il faut essayer autre chose « , explique Nawal Benba, du Centre local d’information et de communication gérontologique (CLIC Rivage) de Melun.

Trois jeunes acteurs du Théâtre de l’Opprimé campent à merveille des septuagénaires. Une autre comédienne incarne  » le joker « , personnage essentiel qui établit un lien entre les acteurs et le public. En quelques saynètes défilent une femme bougonne refusant la téléalarme que voudrait lui imposer sa fille, des amis retraités qui se chamaillent à propos du danger que peuvent provoquer meubles et tapis, et un conflit familial portant sur la nourriture.

Olivier Razemon

© Le Monde

Lire la suite par cliquer sur l’image

Le Monde 31072011 - OK