✲ Ça s’est passé ✲ Festival PLEINS FEUX sur la jeune création ║07 sept>09 oct

Le Théâtre de l’Opprimé a signé une nouvelle édition de son festival Pleins Feux Sur la Jeune Création du 07 septembre au 09 octobre 2016. Cet évènement qui s’attache à soutenir l’émergence de nouvelles formes d’écriture et à favoriser la création en offrant au public la vision et la détermination qui animent la nouvelle génération... View Article

Le Théâtre de l’Opprimé a signé une nouvelle édition de son festival Pleins Feux Sur la Jeune Création du 07 septembre au 09 octobre 2016. Cet évènement qui s’attache à soutenir l’émergence de nouvelles formes d’écriture et à favoriser la création en offrant au public la vision et la détermination qui animent la nouvelle génération de metteurs en scène et d’acteurs fut un joli succès ! Rétrospective des six compagnies qui ont été à l’affiche :

10

♦ LES NUITS BLANCHES par la Cie D911
07>11 sept
Un jeune homme solitaire et romanesque rencontre, une nuit, dans St Pétersbourg désert, une jeune fille éplorée. Désespérée par un chagrin d’amour, Nastenka se laisse aller au fantasme du jeune homme, épris dèsle premier instant, le berce – et se berce – dans l’illusion d’une flamme naissante.

♦ ESPACES INSECABLES (pièce commune) par la Cie Modes d’emploi
14>18 sept
Le projet Espaces insécables (pièce commune) est une création de plateau dont la dramaturgie labyrinthe se construit en variations autour de la question du deuil, de la prise de parole en public et de l’échec.
Et aussi du jeu, comme moyen absurde et cynique d’affronter ces trois thématiques quelque peu angoissantes.

♦ MON OLYMPE par la Cie Les mille printemps
21>25 sept
Cinq jeunes femmes, féministes et fières de l’être, se retrouvent enfermées la nuit dans un parc sans moyens de communication. Le moment ou jamais pour passer de la réflexion à l’action. De nombreuses péripéties vont les amener à remettre en question leurs convictions les plus profondes : n’y a t’il qu’une seule façon d’être féministe ?

♦ A D N par la Cie Les oiseaux de nuit
28 sept>2 oct
Lors d’une excursion en forêt, une bande de jeunes décide de torturer Adam, l’un des leurs. Mais le jeu va très loin. Trop loin. Adam est laissé pour mort. Face à cette situation qui les dépasse, l’équilibre du groupe est secoué. Ils vont donc devoir faire un choix : assumer leurs actes, et se rendre à la police, ou se couvrir à tout prix. ADN nous montre jusqu’où ces jeunes sont prêts à aller pour préserver leur avenir, quitte à tout sacrifier pour servir leurs intérêts…

♦ MUSIQUE DE TABLE par Eléonore Azou-Connes, Emma Liégeois et Romain Pageard
05>09 oct
Musique de Table, composée par Thierry de Mey, est une partition pour trois percussionnistes disposant de tables pour seul instrument. Ce sont nos doigts, nos ongles, nos paumes ou encore nos phalanges qui créent la musique. Il s’agit ici d’un point de rencontre entre deux disciplines : la musique et la danse. Les gestes sont tout aussi importants que le son.

♦ STABAT MATER FURIOSA par la Cie La flemme
05>09 oct
Je rêve d’un texte qui règle son compte (non pas définitivement puisqu’on n’en finit jamais, du moins, radicalement) à l’homme de guerre, cet éternel masculin. Parole d’une femme, libérée autant qu’il se peut du dolorisme que lui assignent des conventions millénaires, parole dressée en invective brutale et sans rémission face à la merde (il faut ici un mot net et absolu) du meurtre perpétuel.

Evènement FB

Plus de détails