Nos vertiges intérieurs ║ 27>31 mars

Compagnie Comité 8.1

L’objet de notre recherche est de faire un poème scénique (corps, voix, mouvements) à partir de la poésie d’Alejandra Pizarnik, autrice argentine (1936 – 1972). Sa vision depuis l’autre rive, entre rêve et folie, suppose un voyage dans les limbes de la nuit – les filaments du rêve, ses obsessions quant à l’au-delà de la vie. J’y vois la pulsion érotique de corps sauvages livrés à eux-mêmes, à l’angoisse de la nuit et à son inquiétante étrangeté, une forme de beauté démembrée. Le noir nous invite à chercher la lumière à l’intérieur de l’absence de lumière, déceler le scintillement de l’astre qui fore la cosmologie du sang, du cannibalisme de la tragédie d’une existence malade.

N’ayons pas peur d’être mystiques : les poèmes de Pizarnik constituent une mélopée d’amour depuis la nuit, depuis l’étreinte de la mort à venir – l’absence de futur en dehors du rêve et du cauchemar. Puissances du cri et de l’épicentre de la terre. Promenade dans les cercles d’un enfer de visions découpées à la hache où le rêve sublime la peur de la mort, le souffle organique de l’abyme. Pizarnik parle du matérialisme du rêve. Je m’y essaye ici avec des mots à peine éclos pour me rappeler que toutes les heures passées en dehors du monde des vivants n’est pas un monde disparu pour toujours mais un espace fécond pour la création.

+ d’infos 

Offre exceptionnelle : Dès l’achat d’une place à 16€, la deuxième est offerte ! Uniquement pour les séances du 27 au 29 mars ! Rendez-vous sur notre billetterie en ligne : lorsque vous sélectionner dans votre panier 2 places tarif plein, la remise est automatiquement appliquée.