Qui déplace le soleil ║ 9 > 13 oct

Compagnie Hana San Studio

Qui déplace le soleil est un conte, une fable d’aujourd’hui. En arrière plan, un homme à une machine-à-coudre veille comme un ange sur le récit. Au premier plan, deux femmes glissent constamment du rôle de narratrices à celui des personnages qu’elles évoquent, alternant récit et dialogues. Elles re vivent, pour mieux les raconter, les événements de l’histoire : l’une des deux femmes arrive dans une maison où l’autre est déjà là, pour louer une chambre. Celle qui arrive s’installe, en quête de sens, pour trouver le calme d’écrire, hantée par l’esprit de son père, le couturier à la machine-à-coudre présent en arrière plan. Dans la relation qui tente de se développer entre les deux femmes, le banal va coexister avec l’étrange, jusqu’au jour où la femme qui reçoit disparaît. La maison est soudainement vacante. Celle qui vient d’arriver reprend sa route, laissant les murs autour de ce qui n’a été qu’un lieu de passage. Le huis-clos entre les deux femmes se fait l’écho des identités bouleversées, des migrations, des frontières qui se traversent et se redéfinissent. Le bruit de la machine-à-coudre se fait entendre, rappelant la force du tissu, du tissage, dans ses lignes entremêlées, autant que les récits intimes se tissent avec l’histoire du monde.

+ d’infos