top of page

Tarsila ou le vaccin anthropophagique

Estelar de Teatro • du 7 au 9 juin 2024

Tarsila ou le vaccin anthropophagique
Tarsila ou le vaccin anthropophagique

Heure et lieu

7/8 juin 2024, 20:30 – 9 juin 2024, 17:00

Théâtre de l'Opprimé, 78 Rue du Charolais, 75012 Paris, France

À propos

@Estelar de Teatro 

L’œuvre du peintre moderniste brésilien Tarsila do Amaral (1886-1973) comme inspiration par un dialogue critique avec l'histoire culturelle récente du Brésil dans un monde qui demande de nouvelles images. Le spetacle a été nominée pour le plus grand prix de théâtre du Brésil, le prix Shell, pour sa nouvelle dramaturgie, de voix féministe, et a reçu d'excellentes critiques au Brésil et en Europe.

Si la vaccination a été une question si importante pour le monde, la pièce s’inspire des provocations du Manifeste Anthropophagique Brésilien (1928) pour penser sûr un vaccin pour la pensée et l’imagination en temps de crise, dans un monde qui se tourne vers le conservatisme. Comment pouvons-nous renforcer notre imagination, mère de toutes les réalités sociales ?

Proposant un jeu intense entre réalité et fiction, la pièce cherche à se nourrir des artistes d’avant-garde d’une époque où l’Amérique latine cherchait son indépendance culturelle, se tournant vers les racines ancestrales et indigènes de sa culture et un riche dialogue culturel (entre égaux) avec l’Europe, notamment la France, pour réfléchir à une éthique artistique pour le XXIe siècle.

[En portugais surtitré français]

A partir de 15 ans 

texte • Viviane Dias

mise en scène et avec • Ismar Smith & Viviane Dias

vidéo • Vic Von Poser

création sonore • Gabriel Moreira

création lumière • Ismar Smith

co-production Estelar de Teatro et Ministere de la Culture du Brésil et Funarte

DATES ET HORAIRES

7 → 9 juin 2024

VEN.- SAM. 20:30

DIM. 17:00

DURÉE

75 min

Leur site internet

https://www.estelardeteatro.com.br/

Reportage

https://youtu.be/1iOmcWB6l5A?si=0k4hLHxlFsWqC9oz

Presse

« Viviane Dias exécute, elle-même, un acte anthropophage devant le public. Elle se sacrifie sur scène pour faire émerger Tarsila comme son aura. Elle partage son flux énergétique, se déployant en reflets du temps et de l'espace, de la présence et des projections, de la voix et de la parole, du corps et du geste. Tel un chaman, elle ouvre des portails, transforme le théâtre en esprit commun et vaccine chacun contre la passivité dominante dans un monde marqué par des évasions narcotiques hors du réel. "

(Ferdinando Martins -  journaliste et critique tháâtrel PHD - dans la Revue Pitágoras, publiée en décembre 2022.)

"Tout le feu et toute la lumière d'une actrice qui répond a une grande et dense interprétation. Viviane Dias signe son nom aux côtés des créations artistiques les plus particulières et les plus claires de ce second semestre, et sa Tarsila, est un voyage solide dans les profondeurs d'une énergie théâtrale palpitante.

...

Le spectacle est d'une élégance et d'une énergie sans pareille. Le choix d'une femme anthropophage comme axe fondamental et révèle des théâtralités et des subjectivités capables d'une confirmation esthétique totale et lumineuse sur l'expérience et la température de la période étudiée. Elle réussit à favoriser le transit entre le contemporain et Tarsila et prend plus d'ampleur lorsqu'il définit une actrice solide comme la première dimension de l'œuvre - Viviane Dias et l'histoire du Brésil moderniste, ses personnages, anecdotes et faits apparaissent comme un cadre clair et bienvenu. au format monologue."

(Critique théâtral Márcio Tito https://deusateucombr.wordpress.com/2023/08/05/tarsila-ou-a-vacina-antropofagica-por-marcio-tito/)

".... @vivianediasestelar est un cheval de l'entité-peintre dans sa voracité cosmique, qui a émergé dans l'antichambre d'Estelar de Teatro avec l'intensité de quelqu'un prêt à anthropophagiser l'univers. "Tarsila ou le Vaccin Anthropophage" est un désir prophylactique, ancré dans l'avant et lançant la possibilité d'accoucher dans le futur. Viviane est une vibration constante ; évoque, incarne, danse, prophétise, tourne ; Tarsila et elle sont une mais elles sont aussi deux, elles sont nombreuses dans ce frémissement palpitant des temps. le performeur occupe tous les espaces de l'espace, accompagné des projections de @vicvonposer, d'autant d'usages et de compositions. dans le texte, également de l'actrice-réalisatrice (@ismarsm réalise également), une épopée des temps et des lieux. 2023, cosmos, brésil, 1922, são paulo, paris; un siècle aligné entre cris de dénonciation, rêves d'images nouvelles et sauvetage de ce qui a déjà été accompli, dans des perspectives féministes et anthropophages....".

(citique théatral Amilton de Azevedo dans "Ruína Acesa")

Article qui en parle : Cliquer sur ce lien pour lire l'article dans Folha Sao Paulo

Partager cet événement

bottom of page