Making of…║ 13 > 17 nov

Du 13/11/2019 au 17/11/2019. Prochaine représentation le 13/11/2019 20:30


Du mercredi au samedi à 20h30, dimanche à 17h00

Spectacle tout public

copyright_Silvia-Cîrcu_5

© Silvia Cîrcu

_

Dans la société d’aujourd’hui qui noie l’individu dès l’enfance dans un globaritarisme de surconsommation de plus en plus absurde et destructif, notre propos est aussi celui de l’éloge du doute. L’objectif est de provoquer des interrogations concernant le positionnement sociétal des jeunes européens, avec leurs opinions et projets de vie, en montrant leurs confusions mais sans en faire le procès. Le spectacle cherchera à éclairer la mise en cohérence de leur « conscience » personnelle, mettant en parallèle leurs aspirations avec celles de leurs parents. Ces parents qui ont fabriqué une société devenue aujourd’hui infanticide : pas d’emplois et précarisation durable des jeunes, baisse de naissances et vieillissement de la population, enfin, par recherche de profits et paresse, legs d’une planète polluée, malade et épuisée. Ça revient de fait, physiquement et symboliquement, à condamner à mort ses descendants : une mort lente, peut–être, comme la chante Brassens, mais une mort quand même.      

Pour y questionner / montrer les réactions des jeunes d’aujourd’hui, l’homicide qui justifie notre dramaturgie est un symbole explicite d’infanticide sociétal : une bavure policière provoque la mort de 3 jeunes dont un se révèle être le fils du policier responsable du drame.

Le nouveau correct politically show librement inspirée par « Douze hommes en colère »* de Reginald Rose, célèbre modèle de questionnement du doute.

*pièce télévisée écrite par Reginald Rose en 1954 (montée ensuite au théâtre en 1958 et jouée très souvent depuis dans le monde entier), puis film de cinéma de Sidney Lumet en 1957, scénarisé par le même Reginald Rose. L’argument est l’unanimité de la décision d’un jury populaire (12 hommes) concernant un homicide et plus précisément un parricide. Au début la majorité semble convaincue par l’accusation mais un des jurés, le n° 8, architecte (joué par Henry Fonda), doute et empêche ainsi le vote unanime, car on ne peut pas condamner à mort si on a le moindre doute raisonnable. S’ensuit une reconstitution des faits et petit à petit les jurés changent d’avis pour deux raisons : premièrement leur conviction était superficielle, basée sur la confiance dans l’autorité juridique et policière, deuxièmement, et plus important, leurs choix étaient personnels, lourdement influencés par leurs propres expériences et sentiments. A la fin l’unanimité se prononce pour le doute, autour du n° 8, donc contre la condamnation.

_

Compagnie Desidératé

Spectacle de théâtre pluri-langues

Oeuvre collective de Patricia FERARU

Co-dramaturges : Andrei FERARU, Patricia FERARU et Sarah-Jane SAUVEGRAIN

Mise en scène : Silvia Cîrcu et Andrei Feraru

Ecrivains contributeurs en français, italien, roumain, anglais, arabe : Voicu AANITEI, BAB SANE (Mohamed SEDDIKI avec Christopher CAULIER), Eulalie JUSTER, Mahault MOLLARET, Gabriel SANDU et Emilio SCIARRINO

Traduction et gestion plurilinguismes : Dan MIHAILEANU

Co-production : Architeatres & Cie Desiderate

Durée : 50min

_

Co-production : Architeatres & Cie Desiderate

Coproduction TAM (Théâtre Atelier Montreuil) et Théâtre de l’Opprimé.

▪ Tarif plein 16€

▪ Tarif réduit 12€ (sur justificatif : étudiants, – de 30 ans, plus de 65 ans, demandeurs d’emploi, intermittents)

▪ Tarif très réduit 10€ (groupe à partir de 10 personnes, adhérents, partenaires)

 

copyright_Silvia Cîrcu_3

© Silvia Cîrcu


Théâtre de l'Opprimé